CATEGORY

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

18 décembre 2017 Fédération des Sociétés Savantes des Vosges Epinal - Remiremont

Parution : Une tendre et constante amitié

 

Lettres d'Anne Charlotte de Lorraine

Présentées par Pierre Heili

 

« Je vous réitère ma tendre et constante amitié », « je vous assure d’une amitié éternelle », « je vous aime de tout mon cœur, passionnément ». C’est par ces tendres aveux qu’Anne Charlotte, abbesse de Remiremont et de Mons, princesse lorraine, conclut ses lettres à Gabrielle de Bouzey, son ancienne demoiselle d’honneur.
Au fil de cette correspondance rédigée de 1761 à 1773, Anne Charlotte nous invite au cœur de la société aristocratique lorraine et impériale. Elle nous associe à ses plaisirs futiles, à la chasse, aux jeux de cartes, aux jours heureux. Mais il n’est pas que du bon temps dans ce siècle de fer. La peste et la petite vérole frappent jeunes et vieux, pauvres et riches, jusque dans les familles princières. Anne Charlotte en souffre directement. Elle n’en est pas moins attentive à la misère du petit peuple, à « ces pauvres qui sont de chair et d’os comme nous ». Elle s’inquiète de ce monde ébranlé par les guerres et les révoltes, et dont elle pressent la fin : « Nous vivons dans un temps où l’on fait des choses sans exemples et je ne suis pas étonnée que l’on devienne fou. Je crois que le monde finira bientôt, car j’y vois bien des phénomènes ».
Abbesse, Anne Charlotte s’acquitte sincèrement de ses dévotions dans son abbaye de Mons pendant les fêtes de l’Avent et de Pâques, mais elle avoue sortir « extrêmement fatiguée de la Semaine sainte », et nous assure qu’elle « n’est pas dévote ». Princesse, elle vit davantage à la cour de son frère, gouverneur des Pays Bas, que dans son abbaye. Elle n’en garde pas moins assez d’indépendance pour regretter ouvertement l’expulsion des jésuites.
La lecture de ces 183 lettres inédites nous plonge dans l’univers de cette personnalité complexe, entre profondeur et futilité, entre espoir et inquiétude, entre violence et douceur de vivre, à l’image de ce XVIIIe siècle à la fois si proche et si différent du nôtre.
 

272 p. Illustrations couleurs - 20 €

 Accès à la librairie en ligne

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Une tendre et constante amitié


Lettres d'Anne Charlotte de Lorraine à Gabrielle de Bouzey

Présentées par Pierre Heili

 

« Je vous réitère ma tendre et constante amitié », « je vous assure d’une amitié éternelle », « je vous aime de tout mon cœur, passionnément ». C’est par ces tendres aveux qu’Anne Charlotte, abbesse de Remiremont et de Mons, princesse lorraine, conclut ses lettres à Gabrielle de Bouzey, son ancienne demoiselle d’honneur.


Au fil de cette correspondance rédigée de 1761 à 1773, Anne Charlotte nous invite au cœur de la société aristocratique lorraine et impériale. Elle nous associe à ses plaisirs futiles, à la chasse, aux jeux de cartes, aux jours heureux. Mais il n’est pas que du bon temps dans ce siècle de fer. La peste et la petite vérole frappent jeunes et vieux, pauvres et riches, jusque dans les familles princières. Anne Charlotte en souffre directement. Elle n’en est pas moins attentive à la misère du petit peuple, à « ces pauvres qui sont de chair et d’os comme nous ». Elle s’inquiète de ce monde ébranlé par les guerres et les révoltes, et dont elle pressent la fin : « Nous vivons dans un temps où l’on fait des choses sans exemples et je ne suis pas étonnée que l’on devienne fou. Je crois que le monde finira bientôt, car j’y vois bien des phénomènes ».
Abbesse, Anne Charlotte s’acquitte sincèrement de ses dévotions dans son abbaye de Mons pendant les fêtes de l’Avent et de Pâques, mais elle avoue sortir « extrêmement fatiguée de la Semaine sainte », et nous assure qu’elle « n’est pas dévote ». Princesse, elle vit davantage à la cour de son frère, gouverneur des Pays Bas, que dans son abbaye. Elle n’en garde pas moins assez d’indépendance pour regretter ouvertement l’expulsion des jésuites.


La lecture de ces 183 lettres inédites nous plonge dans l’univers de cette personnalité complexe, entre profondeur et futilité, entre espoir et inquiétude, entre violence et douceur de vivre, à l’image de ce XVIIIe siècle à la fois si proche et si différent du nôtre.
 

Table des matières

Anne Charlotte de Lorraine et son entourage
   Anne-Charlotte de Lorraine épistolière
   Gabrielle, comtesse de Bouzey
   De Lunéville à Mons : l’entourage lorrain de la princesse Anne Charlotte
   La parenté de Gab rielle de Bouzey
   La parenté Lorraine et Habsbourg d’Anne Charlotte
Les Lettres
Bibliographie
Index

 

Edité par la Fédération des sociétés savantes des Vosges

Imprimerie Déklic, Saint-Nabord
4e trimestre 2017
ISBN en attente

272 p.

Illustrations couleurs

Prix : 20 €

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Collection Mémoires et documents sur l'histoire des Vosges


Les deux ouvrages présentés à droite de cette étiquette à la page Publications appartiennent à la collection Mémoires et documents sur l'histoire des Vosges.

Lancée par la Fédération des sociétés savantes des Vosges en 2009, cette collection se propose de mettre à la disposition du lecteur un choix de textes et de documents aujourd'hui difficilement accessibles et bien souvent oubliés, en les accompagnant d'un appareil critique raisonné et d'illustrations choisies.

La collection compte en 2014 deux volumes :

Les Vosges, un poème de François de Neufchâteau (1750-1828) à la gloire du département, de ses montagnes et ses habitants. Si l'oeuvre n'a pas fortement marqué l'histoire littéraire, elle n'en dénote pas moins une réelle inspiration, parfois un certain souffle, et surtout un attachement sincère de la part de l'auteur à sa "Petite patrie", dont le lecteur du XXIème siècle pourra parfois sourire, mais certainement pas rire, à moins de manquer de coeur, et d'esprit.

Regards inédits sur les Vosges, qui reprend après examen critique de nombreux documents qui auraient dû servir à ces encyclopédies locales qu'étaient les mal nommées (pour un lecteur d'aujourd'hui !) Statistiques départementales commencées et recommencées de 1828 à 1845, date à laqulle parut enfin une Statistique connue des historiens sous le nom de Lepage et Charton. Dépassant le côté austère que pourrait impliquer le terme trompeur de Statistique, l'ouvrage plonge le lecteur dans la vie des Vosgiens de la première moitié du XIXème siècle, leurs moeurs, les travaux et leurs journées, leur rapport au pouvoir et la science, dans un monde tiraillé entre deux époques et plusieurs systèmes de valeurs.

Un groupe travaille actuellement à réunir toutes informations utiles sur les Imprimeurs vosgiens, à partir de travaux déjà réalisés, ou par l'examen des archives inédites. Une publication qui pourrait prendre la forme d'un Dictionnaire des imprimeurs vosgiens est envisagée, mais il est encore un peu tôt pour apporter davantage de précisions sur le produi final.

 

Pour accéder au contenu détaillé de cette collection, cliquer sur le titre de chaque ouvrage, page précédente.

 

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Les Vosges, poème de François de Neufchâteau


Collection Mémoires et documents sur l'histoire des Vosges

Edition du texte original établie par Philippe Alexandre

 

 

Sommaire

 

Préface par Christian Poncelet

Introduction par Philippe Alexandre

Biographie de François de Neufchâteau par Jean-Paul Rothiot

Critères éditoriaux

Planches

Les Vosges, de François de Neufchâteau, Saint-Dié/Paris, an V

Notes de la présente édition

 

 

Texte de la 4ème de couverture

 

 

Au tournant de 1796 et de 1797, chez un imprimeur de Saint-Dié, puis à Paris, François de Neufchâteau (1750-1828) publiait un poème de plus de 600 vers qu’il avait récité, le 22 septembre 1796, lors de la fête de la fondation de la République à Epinal.


S’inspirant des Alpes (1732) du poète suisse Albrecht von Haller, le membre du Directoire venait de composer une œuvre fondamentale pour la conscience identitaire du département. Profession de foi politique et patrio¬tique, les Vosges sont aussi un éloge sur les charmes de la montagne et de la plaine. Le poème tente d’ériger un véritable panthéon, autour de références historiques, littéraires et culturelles associées au département tout récemment créé, qui prit le nom de « Vosges » en 1790.


Dans ce petit recueil abondamment illustré, Philippe Alexandre propose, pour la première fois, une édition de ce manifeste, préparée avec la collaboration de membres de la Fédération des sociétés savantes des Vosges.

 

 

Notice

 

Les Vosges

François de Neudchâteau

Texte établi par Philippe Alexandre

87 pages

Ed. Fédération des Sociétés Savantes des Vosges, Epinal, 2009

ISBN 2-9522166-9-X

Prix : voir la Librairie en ligne

Illustration de couverture : Cascade d'Amphitrite/Petite cascade de Tendon, lavis original en couleurs de Charles Pensée (1799-1871), 1821, Arch. dép. Vosges, MS4 - Cliché Joëlle Laurençon; Arch. dép. Vosges

 

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Regards inédits sur les Vosges


Collection Mémoires et documents sur l'histoire des Vosges

 

Sommaire

 

Avant-propos - Isabelle Chave

Chapitre 1 - La place du projet Siméon - Isabelle Chave

Chapitre 2 - Dans les coulisses de la Statistique départementale - Christian Euriat

Chapitre 3 - Quelques pionnniers de la géologie dans les Vosges : la Statistique comme moteur de la science - Christian Euriat

Chapitre 4 - Les Vosgiens vus par eux-mêmes : us et coutuimes des habitants des Vosges dans la première moitié du XIXe siècle - Pierre Heili

Chapitre 5 - Tenter de mieux nourrir les hommes : agriculture et agronomie dans les Vosges - Jean-Pierre Husson

Chapitre 6 - Des fabriques et des usines : naissance et promotion des industries vosgiennesdans la première moitié du XIXe siècle - Eric Tisserand

Index

 

Texte de la 4ème de couverture

 

Dès le début du XIXe siècle, l'autorité administrative développe sous la forme de « Statistiques départementales » une intense activité de recueil d'informations sur le pays et sa population. Dans les Vosges, sous la houlette de plusieurs préfets dont l'entreprenant Henri Siméon et grâce au zèle de la Société d'émulation du département, on rassemble alors une très importante documentation dont une partie seulement sera exploitée et publiée en 1845. Le reste s'endormira dans les rayons des archives.


L'ouvrage présente un choix raisonné de ces documents oubliés qui, sans aller jusqu'à bouleverser les connaissances sur l'époque, n'en offre pas moins sur celle-ci un « Regard inédit », souvent inattendu et parfois surprenant.


Le lecteur découvrira tout d'abord un exposé général sur la Statistique départementale et une biographie de son plus ardent promoteur, le préfet Siméon puis le récit des péripéties tourmentées de sa réalisation dans les Vosges, les plans de Statistiques et la liste des contributeurs. Suivent les débuts de la géologie dans les Vosges, avec les deux plus anciennes cartes géologiques du département aujourd'hui connues. Une série de notices sur les mœurs des Vosgiens décrits par des notables locaux, plusieurs mémoires sur l'état de l'agriculture et de la forêt assortis de projets pour en améliorer le rendement, des inventaires détaillés de l'activité des fabricants et industriels vosgiens complètent ce tableau.


L'historien et le curieux se plairont à découvrir une facette méconnue du département.
L'enseignant trouvera de quoi enrichir et renouveler sa réserve d'exemples concrets et authentiques.
L'étudiant et le chercheur disposeront d'une source d'informations nouvelles et référencées.

 

Notice

 

Regards inédits sur les Vosges

Les projets de Statistique départementale 1800-1850

CHAVE Isabelle, EURIAT Christian, HEILI Pierre, HUSSON Jean-Pierre, TISSERAND Eric

Coordination HAMON Hélène

Ed. Fédération des Sociétés Savantes des Vosges, Epinal, 2012

432 pages, illustrations, 2 cartes

Prix : voir la Librairie en ligne

ISBN : 978-2-9542241-1-4

Avec le soutien financier du Conseil Général des Vosges

Illustrations de couverture : Carte du département des Vosges par Victor Levasseur, 1845, Coll. part. Portrait du comte Henri Siméon, préfet des Vosges, lithographie par Llanta, 1833, bibliothèque-médiathèque de Nancy

 

 

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Les topographies médicales vosgiennes de 1776 à 1826


Collection Mémoires et documents sur l'histoire des Vosges

 

Aller à notre Librairie en ligne

 

Sommaire

Introduction

Première partie. Les topographies médicales en France et la spécificité vosgienne


Aux origines du genre de la topographie médicale
L’importance de la Lorraine et des Vosges dans la production topographique
L’intérêt actuel des topographies médicales du XVIIIe siècle

Deuxième partie. Au laboratoire d’une œuvre singulière : les topographies médicales de Félix Poma


Une carrière brève, mais féconde
Poma et le genre topographique
Analyse des Topographies médicales de Bruyères, des Vosges et de Saint-Dié

Troisième partie. Un « cercle d’émulation médicale » méconnu : les médecins-topographes vosgiens


Nicolas Jadelot et son Mémoire sur la Lorraine
Gabriel-Charles Didelot et sa Topographie médicale des montagnes de la Vôge
Clément-Joseph Tissot et sa Topographie médicale de Neufchâteau
Étienne Guillaume Garnier et sa Topographie médicale de Neufchâteau
Charles-Noël Colin et sa Topographie médicale d’Épinal
Jean-François Grosjean et sa Topographie médicale de Plombières
Jean-François Martinet et ses Topographies médicales d’Épinal et des Vosges
Henri-Gottfried Oberlin, et sa Description géognostique, œconomique et médicale du Ban de la Roche
Conclusion de la troisième partie

Quatrième partie. Le réseau des correspondants vosgiens de la Société royale de médecine et les évolutions du genre topographique


Pierre Thouvenel et la topographie médicale
Nicolas-François de Neufchâteau, un « passeur » décisif
Aubry et Renaud ; l’électrothérapie à Saint-Dié
La dernière topographie médicale vosgienne : Gérardmer, par J.-B. Jacquot, en 1826

Épilogue. Suivre la veine des topographies médicales vosgiennes au début du XIXe siècle, avec notamment Jean-Baptiste Mougeot et Charles Charton

Conclusion

Annexes. Cinq topographies médicales vosgiennes


Édition du manuscrit de Didelot sur les Vosges, 1779
Réédition de la Topographie médicale de Bruyères par Poma, 1788
Réédition de la Topographie médicale de Neufchâteau par Tissot, 1788
Édition du manuscrit de Colin sur Épinal, 1789
Édition du manuscrit de Martinet sur Épinal, 1791

Sources et bibliographie générale

Table des matières

 

Texte de la 4ème de couverture

 

Durant le dernier quart du XVIIIe siècle, la Société royale de médecine a encouragé ses correspondants de province à produire des topographies médicales, dans le cadre d’une « géographie médicale de la France ».  Huit praticiens vosgiens, établis à Bruyères, Saint-Dié, Neufchâteau, Epinal, Remiremont, Plombières, et Waldersbach, ont décrit méthodiquement  les variations atmosphériques, la qualité des eaux, la nature du sol et ses productions, l’état physique et moral des habitants du massif vosgien et de la plaine, en tentant d’établir une relation causale entre ces données écologiques et les maladies endémiques et épidémiques qu’ils devaient soigner. Entre 1776 et 1806, les dix-neuf topographies médicales vosgiennes ainsi produites font de notre département le plus étudié de France, et des médecins Gabriel-Charles Didelot et Félix Poma les champions nationaux du genre topographique ! Cet ouvrage étudie de façon inédite ce « cercle vosgien d’émulation médicale », en présentant les acteurs de ce réseau, leur formation, leurs relations, leur production, et l’intérêt historique que ces topographies médicales, dont cinq sont ici éditées ou rééditées pour la première fois, gardent aujourd’hui. En parfaite continuité avec les deux premiers volumes des « Mémoires et documents sur l’histoire des Vosges », ce travail présente d’évidence un intérêt départemental conforme à la vocation de la Fédération des sociétés savantes des Vosges.

 

Notice

 

Les tpographies médicales vosgiennes de 1776 à 1826

JOUDRIER Pascal

Ed. Fédération des Sociétés Savantes des Vosges, Epinal

et Association des Amis du Livre et du Patrimoine de Neufchâteau, Neufchâteau

402 pages, illustrations couleurs

Prix : voir la Librairie en ligne

Dépôt légal, 3ème trimestre 2016

Imprimerie Thorax, Nancy

ISBN : 978-2-9542241-7-6

 

 

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Collection Journées d'Etudes Vosgiennes


Les dix-sept ouvrages présentés à droite de cette étiquette à la page Publications constituent de fait la collection des Actes des Journées d'Etudes Vosgiennes (JEV).

 

 

Les Actes des Journées d’études vosgiennes parus depuis 1975

 

Les tarifs sont affichés dans la Boutique de vente en ligne.

En 2015, les JEV ont eu lieu à Saint-Dié. Les Actes paraîtront le 31 août 2016.

En 2016, les JEV auront lieu à Monthureux-sur-Saône et Droiteval du 20 au 23 octobre. Les Actes paraîtront début septembre 2017.

 

- Voir Librairie en ligne

 

___________________________

La date de publication suit d'un an celle de la tenue des JEV.

 

Charmes et la Moyenne Moselle, 2015, 527 pages.

La Bresse et ses vallées, 2014, 672 pages.

Mirecourt, la ville, son architecture et son histoire, (Tome I), 360 pages, 2013.

Mirecourt, la ville et ses métiers, (Tome II), 2013, 448 pages.

Le pays de Dompaire, 2012, 560 pages.

La vallée du Coney, métallurgie et thermalisme, Bains-les-Bains et Fontenoy-le-Château, 2010, 512 pages.

Eau, flottage et industries à Raon-l’Étape, 2010, 504 pages.

Patrimoine et culture du Pays de Neufchâteau, 2009, 512 pages.

Le Thillot, les mines et le textile, 2000 ans d’histoire en Haute-Moselle, 2008, 528 pages.

Pays de Châtenois, la ruralité dans la plaine des Vosges, 2007, 424 pages.

Bruyères entre plaine et montagnes, 2006, 480 pages.

L’Empire dans les Vosges et à Plombières, 2005, 400 pages.

Gérardmer, des forêts, des usines et des hommes, 2004, 464 pages.

Des sources au thermalisme, Vittel, Contrexéville, 2002, 416 pages.

Le pays de Remiremont des origines à nos jours, 2001, 344 pages.

 

Ouvrages épuisés

Lorraine, Franche Comté, Champagne, une frontière vécue en Saône et Meuse, JEV de Châtillon-sur-Saône, 2003, 280 pages. Epuisé.

Remiremont, l'abbaye et la ville, 1980, 372 pages. Epuisé.

Mirecourt et Poussay, 1984, 212 pages. Epuisé.

Épinal, du château à la Préfecture, 312 pages. Épuisé.

 

Pour accéder au contenu détaillé de ces publications, cliquer sur le titre de chacune d'entre elles, page précédente.

 

Fédération des Sociétés Savantes des Vosges

Saint-Dié des Vosges et la Déodatie


Patrimoine, société et paysages

 

 

A commander sur notre Librairie en ligne (29 € + 6 € de port)

 

Ce livre reprend les communications des Journées d’études vosgiennes de Saint-Dié-des-Vosges tenues en octobre 2015. En croisant les échelles spatiales et temporelles, ces Journées d’études vosgiennes s’inscrivent dans une approche globale des lieux, passant de l’histoire au patrimoine, des paysages naturels aux questions d’aménagement de la Déodatie.

En bordure du massif vosgien, ce pays, constitué de riches bassins où l’agriculture recule devant l’urbanisation, est dominé par des buttes gréseuses où subsiste une couverture boisée. Il a été peuplé par les Celtes installés à la Bure, bien avant l’arrivée de Déodat, le fondateur semi-légendaire de Saint-Dié.

Ville religieuse dès le Moyen Age, cité épiscopale à l’époque moderne, Saint-Dié a vécu plusieurs transformations majeures consécutives aux incendies. La ville et son arrondissement ont connu aux XIXe et XXe siècles une expansion économique remarquable, notamment celle de l’industrie textile, qui s’accompagne d’une vie politique et intellectuelle intense, dominée un temps par la figure de Jules Ferry et rythmée par des joutes électorales mémorables.

Saint-Dié n’a pas été épargnée par les conflits : les levées en masse réalisées lors des épisodes révolutionnaires puis de l’Empire, l’année 1914 et la brève occupation de la ville, les terribles épisodes de l’automne 1944, le départ forcé des hommes valides vers l’Allemagne précédant la destruction de l’essentiel de la ville.

Enfin, après le temps de la reconstruction, le Saint-Dié contemporain, marqué par la personnalité de ses maires, doit affronter le déclin du secteur textile et la fermeture des unités industrielles les plus petites ou les plus obsolètes. Aujourd’hui, alors qu’il faut répondre aux questions très actuelles des regroupements territoriaux, la ville et le secteur prennent des initiatives économiques et culturelles d’où devraient naître la Déodatie de demain.

 

 

Sommaire


Jean-Pierre HUSSON, Avant-propos


Déodatie et patrimoine


Jacques LE ROUX, Marc DURAND, Dominique HARMAND, La transition Paléo-Mésozoïque, clé des paysages déodatiens
Lizzie SCHOLTUS, Le camp celtique de La Bure
Martine AUBRY-VOIRIN, Les céramiques tardo-antiques, nouvelles recherches


Saint-Dié, ville religieuse, cité épiscopale


François PETRAZOLLER, L’urbanisme à Saint-Dié aux XVIe et XVIIe siècles
Jean MERVELET, Le tribunal de la Pierre Hardie
Françoise BOQUILLON, La reconstruction de Saint-Dié après l’incendie de 1757
Raphaël TASSIN, La façade de la cathédrale de Saint-Dié. Nouvelles réflexion sur le chantier et son influence en Déodatie au XVIIIe siècle
Jean-Marc LEJUSTE, La vocation religieuse dans les terres dites de « nul diocèse » (XVIIe – XVIIIe siècles)
Fabrice HENRIOT, La croix, l’habit canonial et essai de répertoire des chanoines du chapitre de la cathédrale de Saint-Dié du XIXe au XXe siècle


L’expansion économique : commerce, industries et tourisme


Eric TISSERAND, Saint-Dié et son arrondissement : l’industrialisation d’un territoire et ses dynamiques
Jean-Pierre DOYEN, Le Rabodeau des cotonniers
Jean-François MICHEL, Saint-Dié et le Canada : des contacts, voire des échanges
Mireille-Bénédicte BOUVET, Histoire et patrimoine protestant à Saint-Dié


Société, politique et culture


Pascal JOUDRIER, Un regard singulier sur les Vosges : les topographies médicales de Félix Poma
Gilles GRIVEL, La vie politique à Saint-Dié de 1870 à 1914
François ROTH, Jules Ferry dans l’histoire de la République
Philippe ALEXANDRE, L’histoire de la presse périodique à Saint-Dié : un chapitre de son histoire culturelle


Saint-Dié dans les conflits, 1791-1950


Jean-Paul ROTHIOT, Les levées d’hommes à Saint-Dié, la naissance du patriotisme (1791-1794)
Jean-Claude FOMBARON, Casernes et garnisons de Saint-Dié, 1872-1945
Yann PROUILLET, Saint-Dié dans la Grande Guerre d’après l’historiographie publiée
Pierre LABRUDE, Le député déodatien Henri Schmidt et la difficile affectation militaire des pharmaciens avant et pendant la Grande Guerre. Les emplois variés des Déodatiens Paul Grélot et Fernand Girardet
Pierre-Louis BUZZI, Les immigrés italiens dans les Vosges pendant la Première Guerre mondiale
Nadège MOUGEL, Répression, évacuations, destructions : Saint-Dié, principale victime de la politique allemande de terre brûlée appliquée au front est de la France à l’automne 1944
Dominique-François BARETH, La libération de la région de Saint-Dié, à l’origine de la poche de Colmar (novembre 1944 – février 1945)
Jean-Marie SIMON, Le paysage dans les débats sur la reconstruction de Saint-Dié-des-Vosges, automne1945- printemps1946
Jean-Yves HENRY, Reconstruire les villages au lendemain de la Seconde Guerre mondiale


Saint-Dié contemporain


François AUDIGIER, Le député-maire de Saint-Dié, Maurice Jeandon, un élu de proximité entre humanisme chrétien et gaullisme social
Julien GINGEMBRE, Les enveloppes territoriales de la Déodatie : un regard géographique


Hommage à François Roth
Hommage à Pierre Heili

 

Edité par la Fédération des sociétés savantes des Vosges et la Société philomatique vosgienne avec le concours de la ville de Saint-Dié

Pages