20/04/2019 Hors FSSV

Une étude remarquable sur la désindustrialisation en Lorraine

Pascal Raggi, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Lorraine, décrit le long dépérissement des mines de fer et de la sidérurgie entre 1963 (premières restructurations des mines lorraines et reductions des emplois)  et 2013 (fermeture des hauts-fourneaux d'Hayange). Pour mener cette étude, l'auteur alterne les angles de vue en six chapitres : la formation du réseau d'activités minières et sidérurgiques et de son milieu entrepreneurial (1890-années 1960) dans ce bassin ferrifère de 100 000 hectares, qu'il qualifie de "Far-West capitaliste et industriel"; sa désindustrialisation par la fermeture progressive des usines et une baisse vertigineuse des effectifs salariés (disparition complète des 22 600 "gueules jaunes"; 4 000 sidérurgistes en 2013 contre 80 000 au début des années 1960); une analyse des innovations techniques qui se poursuivent dans ce secteur, malgré (et du fait) de ses difficultés, et qui a totalement bouleversé les métiers miniers et sidérurgiques; le délitement du monde ouvrier et de ses solidarités; le positionnement des syndicats majoritaires dans les mines et les usines de Lorraine (CGT, CFDT) vis-à-vis des mutations techniques et technologiques; enfin le rôle de l'Etat face à la désindustrialisation à partir d'une comparaison entre la Lorraine et le Grand-Duché de Luxembourg. Une étude remarquable qui s'appuye sur une documentation très diversifiée, que l'on peut consulter dans les annexes (p.368-448). Les problématiques développées pourraient être reprises pour aborder les processus de désindustrialisation dans les Vosges, notamment pour l'industrie textile.

Pascal Raggi, La Désindustrialisation de la Lorraine du fer, Paris, Classiques Garnier, Histoire des techniques n°16, 2019, 506 p. (glossaire, sources et bibliographie en fin de volume).

 

                                                                                                         

 

 

 

 

PRÉCÉDENT